Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le goût des pépins de pommes de Katharina Hagena

Publié le par caro

9782253157052Je commence ce billet aux deux/tiers du livre tout simplement parce que j’ai déjà des choses à dire.

 

Dire que j’aime cette lecture serait mentir. Je trouve l’ambiance lourde et triste à cause de toutes ces histoires croisées de femmes malheureuses.

 

Bertha vient de mourir et de léguer la maison de famille à sa petite fille Iris, la narratrice de l’histoire. Déjà là je m’interroge. Cette femme a eu trois filles mais visiblement aucune n’est digne de posséder la maison. Peut-être aurais-je l’explication en finissant le livre.

 

Avant de mourir, Bertha avait la maladie d’Alzheimer. Autant dire que depuis longtemps, Bertha n’était plus elle-même. C’est d’ailleurs tous les passages la concernant et concernant l’évolution de sa maladie qui m’ont le plus coûté. Je n’ai pas aimé lire la déchéance de cette femme et je n’ai pas aimé les longs discours sur l’oubli de soi et de tout ce qui fait une vie. Ça m’a fait peur.

 

A propos des 3 filles de Bertha, il y aussi beaucoup à dire.

 

Chrysta, la mère de Iris, est visiblement perturbée et malheureuse. Son mal-être se traduit par des attitudes étranges et comme si ça ne suffisait pas, elle n’est pas tellement aimée de ses sœurs car c’était la préférée de leur père Hinnerk.

 

Inga est née lors d’un orage et depuis lors elle diffuse des décharges électriques à tous ceux qui l’approchent de trop prés. Ce n’est pas clairement dit (à moins que si mais je ne l’ai pas compris !) mais comment cette femme si belle peut-elle avoir des relations normales si elle blesse bien malgré elle ceux qui voudraient l’aimer.

 

Harriet est un peu paumée entre ses deux sœurs. Elle a eu une jeunesse plus ou moins normale mais elle se fait engrossée à l’université et finit par se réfugier dans la maison familiale pour mettre au monde son enfant, Rosemarie.

 

Dés les premières lignes, on apprend que Rosemarie est morte l’été de ses 16 ans dans la maison. Cette mort fait peser une ambiance extrêmement lourde (voire épaisse) sur toute l’histoire. D’autant plus que pour l’instant je ne sais toujours pas de quoi elle est morte. Tout ce que je sais, c’est que Mira, l’amie d’enfance de Rosemarie et d’Iris, est impliquée.

 

Mira est une gothique avant l’heure. Elle n’aime que le noir, à tel point qu’elle ne mange que des aliments noirs. Iris n’a pas l’air de la porter dans son cœur sûrement parce qu’elle est jalouse de la relation entre sa cousine et son amie. Quand aux sentiments de Mira pour Rosemarie, ils sont clairement amoureux. Et quand Rosemarie meurt, Mira prend la fuite.

 

Les quatre hommes de l’histoire ne sont pas très clairs non plus.

 

Hinnerk, le patriarche, est un autodidacte imbu de sa personne. Au départ, il est amoureux d’Anna, la sœur de Bertha, mais Anna meurt très jeune et il finit par épouser l’autre sœur Deelwater. Et pour couronner le tout, il est impliqué dans le nazisme.

 

Monsieur Lexow, l’ancien instituteur, serait le père caché de Inga. Ça complique la donne. Sauf qu’on ne sait pas vraiment comment c’est arrivé. On sait qu’il était amoureux de Bertha qui elle-même était amoureuse de Hinnerk, qui était lui-même amoureux d’Anna. Je n’aime pas les triangles amoureux, surtout quand ça implique des sœurs.

 

Le père d’Iris est pour l’instant très effacé dans l’histoire. On sait juste comment les deux tourtereaux se sont rencontrés.

 

Quand à Max, le jeune frère de Mira et amoureux potentiel d’Iris, il semble attiré par la jeune femme mais quelque chose le freine ou le rebute.

 

Venons-en maintenant à la narratrice. A ce point précis de ma lecture, ça fait quelques jours qu’elle est dans la maison et à vrai dire, elle n’a rien fait de spécial si ce n’est se balader en vélo, enfiler les anciennes robes des ses tantes, faire un semblant de courses au magasin du village, se baigner nue dans le lac et accessoirement séduire le pauvre Max.

 

Bref, l’histoire ne me plait pas des masses. Il ne se passe rien (si… ça se corse un peu au bord du lac !!).

 

Par contre, j’aime beaucoup les descriptions de la maison et du jardin. On s’y croirait. Même si le bordel règne en maître dans ce lieu, j’adorerais quand même posséder une telle demeure.

 

Le lendemain à la même heure…

 

J’ai donc fini le roman hier soir et la fin m’a rendu songeuse… je ne sais toujours pas pourquoi Bertha a légué la maison à sa petite-fille. Si quelqu’un le sait, qu’il m’explique !

 

Je sais enfin comment et pourquoi Rosemarie est morte…  l’explication rajoute d’ailleurs à la tristesse ambiante.

 

Je sais pourquoi l’auteur a choisi ce titre… d’ailleurs les pommes, fruits de la sagesse, sont omniprésentes dans le roman.

 

Je sais comment Inga a été conçue.

 

Je sais aussi et surtout que je n’ai pas vraiment apprécié ce livre. Même si beaucoup de lecteurs l’ont aimé, à la vue des avis unanimes sur les blogs, je dirais que ce n’est pas mon cas et tant pis pour moi. J’ai dû passer à coté du livre !

 

En tout cas, merci à Val pour avoir organisé cette lecture commune sinon je n'aurais sans doute pas terminé le livre !

Commenter cet article

Theoma 23/09/2011 17:08


un bon moment avec le livre audio mais je n'avais pas accroché plus que cela.


caro 23/09/2011 19:56



C'est pas mauvais comme idée, un livre audio !!! j'aurais peut-être préféré !



enna 20/09/2011 20:53


Aill aill aill... Heureusement que le livre était court ;-) De mon côté j'ai trouvé que le style était un peu alambiqué par moments mais j'ai quand même réussi à m'intersser à l'histoire qui m'a
plutôt plue ;-)


caro 21/09/2011 10:19



oui le style est bizarre mais c'est surtout que j'avais l'impression que ça partait dans tous les sens !



Milly 20/09/2011 14:56


J'ai lu ce livre et je trouve que tu décris exactement ce que j'ai ressenti à sa lecture. J'ai trouvé cette histoire comme une suite de comportements 'tordus'. Je n'ai pas voulu en faire un billet
parce que je n'avais rien de beau à en dire. Je suis allée jusqu'au bout mais de peine... Je crois qu'on aime ou pas!


caro 20/09/2011 15:00



C'est exactement ça !! les avis sont plutôt tranchés !!



Aproposdelivres 20/09/2011 10:28


Avant de commencer cette LC, j'avais vu déjà des avis partagés sur ce livre... C'est sans doute pour cela que je ne l'avais toujours pas lu... Mais contrairement à toi, j'ai beaucoup aimé ce
livre.
Pour ta question "Pourquoi Bertha a légué la maison à sa petite-fille ?", je pense que c'est parce qu'Iris est la dernière de la lignée et que tout l'avenir commence avec elle.


caro 20/09/2011 10:36



Oui tu dois avoir raison !! en même temps, on va dire que la mamie n'a pas toute sa tête et elle pense quand même qu'Iris représente l'avenir de la famille ? je reconnais je suis de mauvaise
volonté sur ce coup-là !!



Valérie 20/09/2011 09:56


Déception pour moi aussi. Les avis semblent équilibrés mais mitigés pour cette LC.


caro 20/09/2011 10:22



oui je suis allé voir les avis déjà en ligne et heureusement certains ont aimé !!!