Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Iliade d’Homère

Publié le par caro

l-iliade_couv.jpgJ’étais à deux doigts de fermer ce blog parce que comme vous avez pu le constater, je n’écris pratiquement plus rien. Mais d’un autre coté, ça me fait mal au cœur de perdre tout ce qu’il y a dedans. Alors je me décide à venir faire un billet.

 

Cela fait 9 longues années que les Achéens chevelus aux belles jambières sont coincés sur les plages troyennes. Cela fait 9 longues années qu’ils tentent désespérément de prendre la belle Ilion mais qu’ils n’y parviennent pas. Du coup les esprits s’échauffent.

 

Alors quand Agamemnon pique la copine d’Achille, la jolie Briséis, ce dernier se planque dans sa cabane pour bouder un bon coup. On lui a promis gloire, honneur et une vie courte sur ce rivage mais en attendant, il dépérit, comme tous les autres. Et pour se venger il demande à sa maman, une déesse, d’aller voir Zeus et de faire en sorte que les grecs se prennent une bonne raclée avant de venir lui demander à lui, le grand Achille, de les sauver.

 

C’est plus ou moins ce qui se passe mais ça va mal pour les grecs. Dans le camp d’en face, il y a Hector. Et ce n’est pas un rigolo Hector. Porter par les dieux protecteurs de Troie, il fait un massacre. Jusqu’au jour où sa route croise celle de Patrocle, le cousin d’Achille, qu’il tue proprement.

 

Et Achille, quand il apprend ça, s’énerve et rentre à son tour dans la danse. Il tue Hector, l’attache à son char et traine son cadavre sur toutes les routes.

 

L’histoire se termine quand, après plusieurs jours de ce traitement, Priam récupère le corps de son fils pour lui donner des funérailles dignes de ce nom.

 

Je ne peux pas dire que ce fut une lecture facile. Clairement c’est une histoire à écouter, pas à lire. Le rythme du récit évoque clairement celui d’une chanson avec en guise de refrain les répétitions très très nombreuses (parfois même des paragraphes entiers).

 

Et puis la profusion de personnage embrouille l’esprit même s’ils ne sont évoqués que pour dire qu’ils sont morts de telle ou telle façon.

 

Enfin, les ¾ du livre parlent de bataille, de massacre et de tuerie. Homère ne se prive pas de détailler les têtes qui se détachent du corps, les javelines qui pénètrent sous la mamelle gauche… ce genre de choses !

 

Ça reste quand même un très bon moment de lecture surtout quand les dieux sont évoqués.

 

 

 

Commenter cet article

Hydromielle 05/06/2013 13:24

Je reste tout de même sur le film ;-) Moins prise de tête ;-)