Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’héritier des Pagans de Anne-Laure Morata

Publié le par caro

pagan

Pour le challenge « le siècle de Louis XIV », je me suis inscrite à une lecture commune du « jeu des dupes »… roman qui ne me disait absolument rien à lire toute seule mais pourquoi pas à plusieurs voix… jusqu’à ce qu’une hydromielle me fasse remarquer, avec justesse, que c’était le deuxième d’une trilogie… qu’à cela ne tienne, j’ai jusqu’au 18 novembre pour lire le tome 1 et 2… et comble de félicité, ils sont téléchargeables sur le Kindle !

 

Donc hier soir, je me suis mise activement à la lecture de "l’héritier des Pagans". En 3 heures, c’était fait… autant vous dire que c’est le genre de livre où l’on n’a pas à réfléchir… juste à suivre le héro dans des rebondissements plus rocambolesques les uns que les autres…

 

1629. Côte bretonne. Pays des légendes et des Pagans… autrement dit des naufrageurs. Un enfant, seul survivant du désastre, est recueilli par la famille Le Bars. Il grandit en pensant être Gilles. Jusqu’au jour où son meilleur ami Gaël est assassiné et qu’il est accusé du meurtre.

 

En parlant de rebondissements, l’auteure n’y a pas été de main morte dans les effets stylistiques façon Dumas ! Ça bondit, ça se bat, ça se prend des coups d’épées, ça se retrouve pris dans un éboulement… ouf ! Ça en serait presque étourdissant ! Mais finalement c’est plutôt sympathique à lire !!

 

Par contre, si j’avais un petit reproche à faire c’est que les passages traitant de l’environnement socio-culturo- polique (ben oui je peux me permettre d’écrire n’importe quoi ! c’est quoi le problème !) sont écrit au présent tandis que les événements de la vie de François/Gilles sont au passé et à l’imparfait… c’est bizarre ! J’ai eu un peu de mal à m’y habitué ! Je comprends le choix de l’auteur puisque ça permet au lecteur de s’y « croire » mais du coup on dirait que le héro est un peu en décalage…

 

Puis bon… quitte à raconter l’histoire du frangin spirituel de D’Artagnan c’est dommage d’en faire un dépressif ! Très moderne ce François qui déprime quand ça va mal mais bizarre dans un roman de cape et d’épée !!!

 

Et puis, je ne sais pas si c’est un compliment pour l’auteure mais j’ai retrouvé des saveurs de « Benzoni » dans son texte… même si l’écriture est parfois maladroite, on lui pardonne volontiers parce qu’il s’agit d’une toute jeune auteure !

 

J’espère que la suite sera encore meilleure et qu’Anne-Laure Morata deviendra une grande auteure !

 

 

challenge louis 14

Commenter cet article